La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

Sécurité aérienne et libertés civiles

Contexte :

Un attentat terroriste dans un avion américain a été évité de justesse à Noël. Le dernier incident d’une décennie marquée par la lutte au terrorisme.

L’obsession pour la sécurité pousse de nombreux pays à implanter de nouveaux dispositifs de contrôle : scanners corporels, fouilles complètes, profilage national. Et les libertés individuelles sont mises en attente.

Au nom de la sécurité, faut-il se laisser tâter comme du bétail?

Date de l'émission :

8 janvier 2010

Condensé de recherche :

LES FAITS

• L’attentat raté commis sur le vol 253 de la compagnie Northwest Airlines du 25 décembre dernier a donné la frousse à 278 passagers et 11 membres d’équipage.

• Umar Farouk Abdulmutallab, 23 ans, qui a revendiqué des liens avec Al-Qaeda, a affirmé avoir été entraîné au Yémen par Al-Qaeda.

• Suite à l’incident, les États-Unis ont décidé que les ressortissants de 14 pays feraient l'objet de contrôles plus poussés dans les aéroports. Quarante scanners sont déjà à l'œuvre dans 19 aéroports américains. Cent cinquante autres ont été commandés.

• Le Canada n’échappera pas à la vague de contrôle plus poussé. Ainsi, il haussera ses mesures de sécurité avec 44 scanners corporels qui seront installés dans neuf aéroports internationaux, dont celui de Montréal.

• Ces nouveaux scanners gagnent du terrain chez les Européens aussi. Outre la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l'Italie ont annoncé vouloir les utiliser.

• Parallèlement, les listes d'interdiction de vol s’allongent considérablement.

DU POUR, DU CONTRE

OUI
- Au nom de la sécurité civile, nous devons accepter de perdre des libertés individuelles.
- Le scanner corporel est un inconvénient si peu nuisible comparativement au sentiment de sécurité qu’il peut procurer.

NON
- Les scanners coûtent cher et ne sont pas une garantie absolue. Nous sommes toujours en retard sur les terroristes. La bataille est perdue à l’avance.
- Les Américains devraient régler leurs conflits au lieu de monter continuellement la garde.

SAVIEZ-VOUS QUE?
• Depuis 2001, la Loi antiterroriste du Canada a élargi les pouvoirs du Centre de sécurité des télécommunications du Canada (CST), lequel peut maintenant intercepter des communications dont le point d’origine ou le point d’arrivée se trouve au Canada.

• Aux États-Unis, le Patriot Act, voté immédiatement après les attentats du 11 septembre, permet un contrôle généralisé (surveillance téléphonique, du courrier, du Net, des emprunts auprès des bibliothèques...). Lors de la procédure de renouvellement du The Patriot Act Improvement and Reauthorization Act signé le 9 mars 2006, le gouvernement a fait transformer la plupart des mesures temporaires, adoptées en 2001 comme procédures d’urgence, en dispositions permanentes.