La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

La popularité des films catastrophe

Contexte :

Les films catastrophe qui annoncent la fin du monde font exploser les box-offices. Les spectateurs se précipitent dans les salles de cinéma comme si leur dernière heure était venue.

Les films d’horreur ne suffisent plus à angoisser les foules. Nous avons besoin de catastrophes. Tremblements de terre, inondations, invasions de monstres, rien n’est trop gros pour alimenter nos frayeurs collectives.

L’Apocalypse ou les zombies : de quoi avons-nous vraiment peur?

Date de l'émission :

8 janvier 2010

Condensé de recherche :

LES FAITS

• Après la Guerre des mondes, Terminator et Independance day, voici que le film hollywoodien 2012 fracasse des records d’audience. En Chine, il serait devenu le film le plus payant de tous les temps.

• Le film catastrophe est un genre cinématographique très prisé des cinéphiles. En date du 10 janvier, le film 2012 enregistrait des recettes de plus de 750 000 000 de dollars.

• Selon l’auteur Bernard Weber, les «films catastrophe » sont une forme de catharsis ludique qui permet d’exorciser le mal.

DU POUR, DU CONTRE

J'AIME
- Si la prophétie de la fin du monde en 2012 a autant de succès, c’est parce qu’on aime s’imaginer qu’on fera partie des survivants.
- Les «films catastrophe » révèlent la vraie nature de l’homme en pleine crise.
- « Assister à la fin du monde en version condensée nous prépare psychologiquement au pire. » Bernard Weber
- Ces films font vivre Hollywood et toute une industrie en dépend. C’est bon pour l’économie et pour l’art. Le genre oblige les réalisateurs à développer au maximum les effets spéciaux.

JE DÉTESTE
- Les «films catastrophe » sont de bons divertissements, mais la peur apocalyptique qu’ils véhiculent ne sert qu’à nous faire oublier nos petits tracas de société riche et bien nantie.
- Ces films nous endorment collectivement face au danger réel. En ce sens, nous n’avons pas besoin d’une collision avec un astéroïde géant pour courir à notre perte. En polluant la planète, l’homme se dirige lui-même vers sa propre perte.
- Les «films catastrophe» et d’horreur ne font qu’alimenter la peur et la paranoïa.
- Ces films suscitent la panique. Après la diffusion de The Day After, des milliers d’Américains ont appris différentes techniques de survie et ont fait des provisions.

SAVIEZ-VOUS QUE?

• Le film catastrophe a connu son heure de gloire dans les années 1970 avec, entre autres, La Tour infernale, Tremblement de terre, Le vol 747 en Péril, Alerte à la bombe, et Soleil vert.
• Le genre a connu un retour dès la deuxième moitié des années 1990 avec, entre autres, Le Jour d’après, La Guerre des mondes, Independance Day, Terminator et Amargeddon.