La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

Les expulsions de Kahnawake

Contexte :

Le conseil de bande de Kahnawake veut expulser de son territoire les résidants qui ne sont pas des Mohawks. Les conjoints blancs des autochtones doivent rapidement lever le camp.

Les codes d’appartenance aux nations autochtones varient d’une réserve à l’autre. À Kahnawake, les Amérindiens estiment que l’expulsion est une façon de préserver l’identité, la culture et la société mohawk.

Les Mohawks font-ils preuve de racisme?

Date de l'émission :

12 février 2010

Condensé de recherche :

LES FAITS

• Le 4 février dernier, les médias nous apprenaient que la ville de Kahnawake s’apprêtait à expulser vingt-six personnes; essentiellement des Blancs qui vivent en couple avec un Mohawk.

• La décision serait apparemment légale, en vertu de la loi canadienne et d’un règlement adopté par le Conseil de bande, mais pourrait toutefois être contestée devant les tribunaux selon une avocate renommée pour son expertise dans le domaine.

• Kahnawake n'en est pas à sa première purge. En 1973, plus de 1000 Blancs sont chassés du territoire. Le scénario se répète en 1991.

• Mais aujourd'hui, l'expulsion ne fait pas l'unanimité. Le Conseil de bande de Kahnawake se défend bien d’agir dans la légalité, tandis que les autres (non-autochtones) crient à l’injustice. Sommes-nous témoins d’une forme de racisme?

DU POUR, DU CONTRE

OUI
- Ce ne peut être autre chose que du racisme puisque ces expulsions se justifient par des codes d’appartenance basés sur les liens de sang.

- Ces expulsions sont inacceptables dans un pays démocratique qui a rédigé une Charte des droits et libertés de la personne. Comment peut-on accepter que les droits de certains individus soient ainsi bafoués?

NON
- Selon Louis Bernard - ex-candidat à la direction du Parti québécois et secrétaire général du Conseil exécutif sous René Lévesque « C'est un geste de défense identitaire tout à fait analogue à celui que le Québec a fait en adoptant la Charte de la langue française. »

- Les Mohawks agissent en toute légalité et on ne peut pas leur reprocher de vouloir préserver leur identité.

SAVIEZ-VOUS QUE?

• Depuis la toute première Loi sur les Indiens promulguée en 1857, les Amérindiens doivent être reconnus par le gouvernement pour obtenir leur statut, une reconnaissance qu’on refusait aux femmes indiennes mariées à des Blancs, ainsi qu’à leurs enfants.

• En 1985, on a changé la loi pour leur redonner leur statut, mais on a introduit un statut limité pour leurs enfants. Cette année-là s’est ajouté la possibilité pour les conseils de bande d’adopter des codes d’appartenance. Ce sont des listes d’appartenance à la bande qui peuvent être différentes des listes déterminées par la Loi sur les Indiens.

• La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a donné jusqu’en avril 2010 au gouvernement fédéral pour abroger les articles de la Loi sur les Indiens qui limitent le statut aux enfants de parents qui ont récupéré leur statut en 1985.

• Jusqu’en 2008, les autochtones vivant sous la Loi sur les Indiens n’étaient pas couverts par la Loi canadienne sur les droits de la personne. La modification législative, qui permettra la contestation, devant la Commission canadienne des droits de la personne, d’une discrimination au sein de la réserve, ne sera toutefois en vigueur qu’en 2011.