La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

L’infidélité des personnalités publiques

Contexte :

L’infidélité des hommes publics défraye régulièrement les chroniques. Golfeur, animateur, politicien et autres chauds lapins ont été obligés de reconnaître publiquement leurs aventures coquines. Et de mettre en péril leurs carrières.

L’infidélité est perçue différemment selon les époques, les pays, les cultures et les sexes. Bien souvent, la rectitude publique s’oppose à la liberté privée.

Sommes-nous trop sévères avec les coureurs de jupons?

Date de l'émission :

19 février 2010

Condensé de recherche :

LES FAITS

Plusieurs personnalités publiques se sont fait prendre la main dans le sac :

• L’animateur vedette David Letterman a reconnu, en direct dans une émission, avoir eu des relations sexuelles avec des collègues et a expliqué qu’un maître chanteur essayait de lui soutirer deux millions de dollars en échange de son silence sur ses aventures extraconjugales.

• La Fédération anglaise de football a décidé de retirer le brassard au capitaine de l’équipe d’Angleterre à John Terry, coupable d’une aventure extraconjugale avec l’ex-petite amie de l’un de ses coéquipiers de Chelsea.

• Le conseiller municipal Adam Giambrone, l’un des favoris dans la course à la mairie de Toronto, a mis fin à sa campagne électorale après avoir admis avoir eu des aventures extraconjugales.

DU POUR, DU CONTRE

OUI, NOUS SOMMES TROP SÉVÈRES
- Selon la neurobiologiste Lucy Vincent : « Nous sommes génétiquement programmés pour rester ensemble une trentaine de mois environ ». La fidélité dans le couple est imposée par la culture.

- Le sociologue François de Singly soutient pour sa part que tout semble indiquer que de nouveaux pactes sont passés dans le couple : « Aujourd’hui, l’infidélité passagère est ressentie comme un simple coup de canif, car elle ne remet en cause que l’exclusivité sexuelle. »

- Selon l’éditorialiste Gaétan Chiasson de l’Acadie Nouvelle, « aux États-Unis, depuis les frasques de l’ancien président John F. Kennedy, les idylles des politiciens sont des sujets chauds, même dans les journaux sérieux, surtout lorsqu’il est question d’infidélité et de scandales sexuels. » Les gens qui commettent l’infidélité deviennent les victimes de la cupidité des médias.

NON, NOUS NE SOMMES PAS TROP SÉVÈRES
- Les politiciens et les personnalités publiques fragilisent leur position lorsqu’ils commettent l’infidélité. « Ils deviennent des proies faciles pour tous les maîtres chanteurs »

- Une des raisons avancées pour expliquer ce phénomène réside dans la caractéristique de tous les gens au pouvoir : le sentiment d’omnipotence, ce sentiment d’invulnérabilité, quel que soit le « péché commis ». Or on s’attend à ce que nos hommes politiques n’aient pas ce type de faiblesse.

- Selon la sexologue Sylvie Lavallée, ce n’est pas seulement le pouvoir qui fait aller les hommes vers le sexe facile, mais aussi la pression : « Toute personne qui est “drillée“ à la performance très jeune va soit faire une rébellion, soit se donner une carte pour combattre la performance… Il y a une “fuse“ qui va sauter. C’est sans doute le cas de Tiger Woods.» Ce type de faiblesse est aussi mal perçue par le public.

SAVIEZ-VOUS QUE?

• La désintoxication sexuelle est la nouvelle tendance de l’heure pour “guérir“ ces hommes connus qui ont trompé leur femme, parfois à de multiples reprises.

• Tiger Woods est l’un de ceux qui ont été internés en “sex rehab“ pour y suivre le traitement du docteur Patrick Carnes, celui qui a contribué à populariser cette thérapie.

• À 90 %, ce sont des hommes qui sont en thérapie sexuelle.

• Avant Tiger Woods, ce sont les acteurs David Duchovny (acteur principal dans la série X-Files) et Michael Douglas qu’on a tenté de guérir de leur passion pour les femmes.

• Il y a même une émission sur le sujet : Sex Rehab, diffusée sur la chaîne américaine VH1, qui a fait l’événement fin 2009 en enfermant six accrocs du sexe dans une clinique spécialisée, encadrés avec des règles drastiques («no sex, no touch, no toys»).