La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

La nuit et le jour

Contexte :

Demain, le Festival Montréal en lumière convie les citoyens à une grande fête culturelle et nocturne. Comme à Paris, Rome ou Madrid, les Montréalais pourront passer collectivement une Nuit blanche.

Pour les lève-tôt, la nuit est faite pour dormir. Mais les oiseaux de nuit prétendent être plus productifs et créatifs sous l’influence de la Lune.

Sommes-nous plus éveillés la nuit?

Date de l'émission :

26 février 2010

Condensé de recherche :

DU POUR, DU CONTRE

PRO-JOUR
- Il est anormal de vivre la nuit et de se priver de soleil.

- D’ailleurs, les nuits blanches appartiennent à ceux qui n’ont pas le choix; insomniaques, travailleurs de nuit, étudiants débordés, parents qui ont de jeunes bébés.

- Beaucoup de travailleurs de nuit doivent lutter contre un cycle de sommeil qui n’est pas naturel.

- Notre horloge biologique ne s’adapte pas au travail de nuit. Nous sécrétons de la mélatonine (hormone du sommeil) dès que le soleil se couche.

- Les gens qui vivent la nuit sont asociaux.

- La nuit c’est pour les jeunes et les « party animals ».

- Ceux qui vivent et travaillent la nuit dérangent les autres membres de la famille.

- La nuit est une source d’inspiration pour les artistes, mais aussi pour les meurtriers, les voleurs et autres délinquants.

- La nuit est le terrain de jeu des loups-garous et des vampires.

PRO-NUIT
- Vivre la nuit est une façon d’échapper au stress de la vie moderne.

- Les Nuits blanches sont une façon unique de découvrir la ville, la culture et… d’autres personnes.

- La nuit est pour beaucoup de gens une période très féconde.

- La nuit permet de s’éclater.

- Beaucoup de travailleurs y voient des avantages, dont des primes salariales.

- On a la sainte paix la nuit.

- La nuit est une période inspirante que trop de monde gaspille à dormir.

- La nuit nous rend plus poète et romantique.

- Au moins la nuit, on n’attrape pas de coup de soleil!

SAVIEZ-VOUS QUE?

• Au Québec, on estime qu’environ le tiers de la population active occupe des postes de travail de soir ou de nuit.

• Le principal effet du travail par quarts (ou travail rotatif) et du travail de nuit est le dérèglement des rythmes circadiens du corps et, plus particulièrement, celui de l’alternance entre l’état de veille et de sommeil. En effet, une fois le soleil couché, le processus d’endormissement se met en branle, notamment par la sécrétion de mélatonine, dite l’hormone du sommeil.

• Les plus jeunes s’adaptent généralement mieux à ce dernier que les plus âgés et les hommes s’y font mieux que les femmes. Aussi, ceux qui sont naturellement plus enclins à jouer les « oiseaux de nuit » vivraient mieux cette transition que ceux qui ont une tendance naturelle à se lever et à se coucher tôt. (Source : Psychologie Québec janvier 2004)