La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

La culture de la gratuité

Contexte :

L’univers de la culture connaît une véritable révolution. Livres, musique et émissions de télé sont disponibles gratuitement au bout de nos doigts. Et nos grands festivals de musique et d’humour nous ont aussi habitués à des spectacles gratuits à chaque coin de rue.

La culture n’a pas de prix. Mais le public perd l’habitude de payer face à tant de générosité culturelle.

La gratuité finira-t-elle par nuire à la culture?

Date de l'émission :

5 mars 2010

Condensé de recherche :

LES FAITS

• L’avènement du web a changé notre façon de consommer la culture.

• La Toile nous donne un accès instantané, peu coûteux - sinon gratuit - à plusieurs produits culturels.

• Cette réalité, tangible depuis longtemps dans l’industrie musicale, est aujourd’hui perceptible dans toutes les sphères artistiques.

• D’un seul clic, on télécharge de la musique, des émissions de télévision, des films et des livres.

• Cette culture de la gratuité n’est toutefois pas un phénomène nouveau. Depuis longtemps, par souci de démocratisation, les festivals offrent des spectacles gratuits et les bibliothèques prêtent des livres sans frais. Mais à l’ère du virtuel, il n’aura jamais été aussi facile de consommer ce qu’on veut, quand on le souhaite, et ce, tout à fait gratuitement.

DU POUR, DU CONTRE

NON
- Si les festivals, les bibliothèques et aujourd’hui la Toile peuvent permettre de rendre accessible les arts au plus grand nombre on ne peut que s’en réjouir.

- La gratuité a toujours été une façon d’appâter le consommateur. C’est une stratégie de mise en marché. On donne pour récolter par la suite. Et ça marche.

- La gratuité c’est un superbe tremplin de visibilité.

- Pourquoi ne pas valoriser la culture du mécénat et tenter le pari de la gratuité?

OUI
- L’accessibilité ne crée pas le besoin. Pour être un « consommateur » de culture, il faut avoir été sensibilisé à la culture et aux arts.

- La qualité, l’unicité et la rareté, ça se paye.

- Avec la gratuité il y a une dévalorisation du produit culturel.

- La Toile provoque implicitement une mise aux enchères à la baisse des produits culturels.

ILS ONT DIT

« Musique, logiciels, encyclopédie, dictionnaires, articles de journaux (...) la quantité de biens et services sans frais sur l'Internet a progressé de façon spectaculaire au cours des 15 dernières années. Même en excluant les contenus piratés, il y en a pour des milliards de dollars. Une aubaine pour les utilisateurs et une formidable occasion d'affaires pour les entreprises qui réussissent à tirer profit de cette tendance. Mais pour toutes les autres qui voient leur rentabilité s'éroder au contact de cette gratuité, c'est un défi colossal. »
Ariane Krol, La Presse

« Comment encourager l'offre licite? Que faire pour responsabiliser les “acteurs de l'économie du savoir”? Comment punir ou écarter les contrevenants alors que l'époque est à l'accès total et gratuit? Qui, de ceux qui tireront profit des nouvelles méthodes, devra en remettre “dans le pot” pour assurer aux auteurs leurs droits, “moteur des industries culturelles”? »
Daniel Lemay, La Presse