La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

La lutte contre l’alcool

Contexte :

Après le tabac, c’est maintenant au tour de l’alcool. L’Organisation mondiale de la santé va lancer une stratégie pour lutter contre les méfaits de l’alcool.

Chaque année, la bière, le vin et autres vodkas causent la mort de plus de 2 millions de personnes à travers le monde. Au Québec, on trinque en disant que la modération a bien meilleur goût.

Lutte au tabac et à l’alcool : même combat?

Date de l'émission :

12 mars 2010

Condensé de recherche :

DU POUR, DU CONTRE

L'OMS A RAISON
- « C’est un concept formidable », estime Gerald Thomas de l’Université de Victoria. « Nous allons monter un dossier similaire pour le Canada. Il faut vraiment mettre l’accent sur les effets négatifs de l’alcool, qui touchent des personnes jeunes qui ont toute la vie devant elles. Pour le nombre d’années de vie perdues, il est fort possible que les effets négatifs soient plus importants que les effets positifs »

- Selon l’éthicien René Villemure, l’alcool et le tabac, c’est le même combat. L’alcool fait des ravages c’est pourquoi il applaudit l’initiative de l’OMS. Selon lui, il faudrait faire plus de conscientisation pour limiter les effets néfastes de l’alcool, mais ce, surtout chez les jeunes. « La consommation est banalisée chez les jeunes. Ils consomment des Boris comme si c’était des boissons énergisantes. L’argument santé est important et il y a donc lieu de faire une grande campagne de prévention comme on a fait pour le tabac. »

L'OMS N'A PAS RAISON
- Hubert Sacy, directeur de l’organisme Éduc’Alcool est plus critique. « Comparer l’alcool à la fumée secondaire, c’est ridicule. Il est possible de boire de l’alcool sans exagérer et sans que ça nuise aux personnes qu’on côtoie. Ce n’est pas possible avec la cigarette. On peut très bien être contre la consommation excessive d’alcool sans invoquer ce concept d’alcool passif. »

- La fonction de l’alcool est conviviale. C’est moins le cas du tabac. Il faut aussi comprendre l’histoire, la culture et le sens d’un produit si on veut que nos stratégies soient efficaces. Il y a du vin à la messe, des chansons à boire, etc. l’alcool est là et la prohibition a été un échec, au Canada et aux É.-U.… et dans le Grand Nord actuellement. Le rêve d’un Canada sans alcool a été essayé à la fin du 19e siècle et sans succès. Le tabac survit mieux au bannissement, même si le trafic existe bel et bien.

SAVIEZ-VOUS QUE?

• Si le vin est bénéfique pour le cœur selon plusieurs recherches, l’Institut national du cancer en France affirme que le risque de souffrir de certains cancers est significatif dès une consommation moyenne d’un verre par jour.

• Selon une étude publiée dans le Lancet en 2009, un décès sur 25 dans le monde est associé à des maladies ou des blessures directement liées à la consommation d’alcool.

• La plupart de ces décès peuvent être mis sur le compte de blessures, de cancers, de maladies cardiovasculaires, de dépression, d’attaques cérébrales et des problèmes de foie comme la cirrhose qui sont toutes liées à l’alcool.

• Chaque année, l’alcoolisme est lié au Canada à plus de 290 000 cas de violence conjugale, 127 000 crimes violents, entre 125 et 740 naissances de bébés affectés par le syndrome de l’alcoolisme fœtal et 900 morts sur les routes.

ILS ONT DIT

« Le vin est le breuvage le plus sain et le plus hygiénique qui soit »
Louis Pasteur

« On parle surtout des drogues, mais elles sont consommées par une minorité. Alors que beaucoup, beaucoup de gens boivent de l’alcool. Au-delà des effets négatifs sur la santé, l’alcool occasionne des problèmes et des coûts pour la société, en accidents, en violence, en jours de travail perdus, en difficultés relationnelles. Plus il y a des gens qui boivent, plus il y a de gens qui boivent trop. »
Phil Cook, économiste et auteur du livre Paying the Tab : The Costs and Benefits of Alcohol Control