La joute (d'après le concept Piramida)
Avec Stéphan Bureau

HD

Sujets

Dossiers complets

Du pétrole au Québec?

Contexte :

Le pétrole sera exploité jusqu’à sa dernière goutte. Et le Québec aurait un important gisement de pétrole et de gaz naturel au fond du Saint-Laurent, non loin des Iles-de-la-Madeleine.

Ces réserves d’or noir pourraient rapporter près de 4 milliards de dollars dans nos coffres et nos poches chaque année. Mais on ne fait pas de forage pétrolier sans risques écologiques.

Faut-il exploiter le pétrole du golfe Saint-Laurent?

Date de l'émission :

2 avril 2010

Condensé de recherche :

LES FAITS

• Le 16 mars dernier, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité moins une voix – celle d’Amir Khadir – une motion réclamant la conclusion d’une entente avec le gouvernement fédéral sur la propriété des fonds marins, qui permettrait l’exploration et, le cas échéant, l’exploitation de la partie québécoise du gisement.

• Un vieux débat qui suscite des intérêts opposés : l’argent ou l’environnement?

• En août 2008, Pauline Marois était revenue emballée d'un voyage en Norvège, où pétrole et environnement semblaient faire bon ménage.

• Elle avait alors vivement reproché au gouvernement Charest de négliger cet extraordinaire potentiel. Une source de revenus dont le gouvernement pourrait vraiment se passer dans un contexte économique difficile?

• En revanche, d’autres y voient non seulement un risque réel pour l’environnement mais aussi un danger d’une plus grande dépendance au pétrole et un frein à une deuxième vague d’électrification.

• Le problème est que le groupe Corridor Ressources, de Halifax, vient de confirmer son projet d’explorer la partie terre-neuvienne du gisement Old Harry, situé tout juste sur la frontière maritime entre les deux provinces, tracée en 1964. Québec serait donc privé de tout revenu sans que l’environnement soit épargné pour autant.

DU POUR, DU CONTRE

OUI
- À partir du moment où Terre-neuve décide d’exploiter le gisement, on est exposé à un risque écologique qu’on le veuille ou non. Alors, pourquoi ne pas exploiter le gisement sur notre territoire?

- Si nous n’exploitons pas le gisement dans le cas où il y aurait du pétrole, d’autres le feront à notre place – avec notre argent. L’exploitation est peut-être la solution à notre endettement.

NON
- Il faut consacrer l’argent des contribuables dans la recherche de l’énergie renouvelable plutôt que dans l’exploration de gisements (une énergie sale).

- Les risques pour l'environnement sont réels. Dès 2004, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a soulevé de sérieuses questions sur les conséquences que les relevés sismiques pourraient avoir sur les populations de baleines.

SAVIEZ-VOUS QUE?

• Personne ne connaît exactement le potentiel de pétrole dans le Fleuve Saint-Laurent. On parle de réserves possibles de cinq milliards de pieds cubes de gaz naturel ou encore deux milliards de barils de pétrole, ce qui correspondrait à la consommation actuelle du Québec pendant 25 ans et pourrait rapporter à l'État québécois jusqu'à 4 milliards par année.

• Parmi les conséquences de l'épuisement des réserves de pétrole : une hausse des prix du transport aérien ; une hausse des prix du transport routier ; une hausse des prix des marchandises transportées sur de longues distances.

• L'approvisionnement en pétrole pose aux pays importateurs de nombreux problèmes, principalement politique (dépendance), financier (devises), environnemental (émissions de CO2). De nombreux pays ont donc engagé une politique de réduction de leur dépendance au pétrole depuis les chocs pétroliers de la décennie 1970.